Home
Le Nouvel Athanor
Noyau de lune - Viviane Campomar PDF Imprimer Envoyer

noyau-de-lune-campomar


Noyau de Lune


Viviane Campomar

 

 Préface de Martine-Gabrielle Konorsky

 

Collection Ivoire

ISBN : 978-2356230621

Prix : 15 €

 

 

 

Pour commander : téléchargez le bon de commande au format PDF

Ou retrouvez l'ouvrage sur la boutique en ligne Amazon

 

Lire la suite...
 
Nouvelle Lanterne - numéro 10 PDF Imprimer Envoyer


PHILIPPE BECK, Opéradiques

Editions Flammarion

 

Que l'auteur soit Président de la Commission « Poésie » du CNL ou non, je m'en fiche ! Mais J'aime étrangement ce chant et je l'aborde à voix haute en cherchant à élucider, au fur et à mesure, ces inventions de langage et ces énigmes linguistiques (et de sens) posées. L'auteur, dans sa dédicace, m'assure que son œuvre n'est pas esclave de la « déconstruction » sous prétexte qu'il est un philosophe agrégé et estampillé Derrida... En effet, une fois abandonnées mes habitudes de lecture, je me laisse charmer par cet opéra d'inventions de mariages de sons et de mots et d'allégories, et fasciné par cette formidable érudition « dans l'orgueil calmant de la panthère » (p. 85). Voilà bien une grande musique d'aube et de nuit, feu ou pluie, à réciter jusqu'à la migraine ! Je n'y comprends pas grande chose (ne le dites pas à Alexis Lacroix mais Mallarmé me fatigue parfois !), mais j'accepte la modernité attachante de cette ambiance de plein air insolite ou d'espace ouvert. Des « larmes théorisées » (p 268) en quelque sorte ? Parce que « les couleurs vibrent et se fondent / en fumant ; elle refusent en cheminant / aux portes fondues de chacun » (p. 152).

 

CHANTAL DUPUY-DUNIER, Mille grues de papier

Editions Flammarion

 

C'est compréhensible comme de la prose quand « tout devient tactile ». De l'anti-Beck, peut-être bien ? Mais j'adhère sans mal. « Il pleut des hommes », en effet. Et puis « rien ne se crée, / pas même la goutte d'eau » ! » (cf le poème de quatrième de couverture). Cependant, « Pour ne pas mourir, une fillette plie des grues de papier » (p. 37). Elle réussit son voyage intérieur ainsi. Il y a même des accents de nostalgies mystiques quand l'auteur(e), sans croire en Dieu, se souvient avoir prié... Thérèse Martin !

 

ANNIE SALAGER, deux ouvrages :

- la Mémoire et l'Archet

- Œuvres poétiques

La rumeur libre éditions

 

Une poète authentique, à l'inspiration variée, comme ses sources, une écriture soignée, agile, subtile, qui force l'admiration et la rêverie féconde. Des bonheurs d'écriture nombreux comme « C'est toujours marée haute aux remparts des églises » (p. 33). Cette somme mérite qu'on s'y égare. Au plaisir du poème !

 

BRIGITTE GYR, Incertitudes de la note juste

Editions Lanskine

 

Elle sait se servir des blancs choisis sur sa page mieux qu'un André du Bouchet, avec moins de prétention en tout cas ! Elle nous suggère : « peut-être la partie n'est-elle / pas totalement jouée » , elle espère encore « faire bouger la conscience », vaincre la peur de bouger, en d'autres termes. Au fond, elle oscille entre espérance et désespérance brutale et absolue. Pas un de ses mots n'est inutile pour avouer habiter la terre d'un « espoir de blanc » « dans le décompte glacé des jours ». Une voix juste. À écouter. À capter. Sans retard.

 

GWEN GARNIER-DUGUY, Le corps du monde

Éditions de Corlevour,

Avec une belle préface de Pascal Boulanger

 

Parce que « Sous l'écorce de la prose / nage le poème du monde » (p. 53), Gwen Garnier-Duguy devient progressivement un poète original, inspiré, et qui ne cherche plus son chemin mais semble l'avoir trouvé ! Sa sincérité s'impose et « se lève à l'or des profondeurs ». Il a « l'âme bleue de l'homme debout » quand Christos vient l'inspirer. Ne nous dites point qu'il est « émotiviste » ou « dauphinois »... Il est lui-même et n'a pas besoin de flatterie pour être. Dans le sens plein du verbe.

 

Jean-Luc Maxence

 
Contrejour amoureux - Isabelle Lagny et Salah Al Hamdani PDF Imprimer Envoyer

contrejour-amoureux-lagny-et-hamdani-1edc


Contrejour amoureux


Par Isabelle Lagny

et Salah Al Hamdani

 

Préface de Jacques Ancet

 

Collection Ivoire

ISBN : 978-2356230645

Prix : 15 €

 

 

Pour commander : téléchargez le bon de commande au format PDF

Ou retrouvez l'ouvrage sur la boutique en ligne Amazon

 

Lire la suite...
 
Le souffle - Cahiers du Sens n°26 - 2016 PDF Imprimer Envoyer


cahiers-du-sens-n26-s

Le souffle

l'édition 2016 Les Cahiers du Sens !


« qu'est ce qui sépare la vie de la mort ? Le souffle ».

Marie-Josée Christien.

 

En 2016, de nouveaux noms apparaissent au sommaire, comme à chaque saison depuis 26 années puisque LES CAHIERS DU SENS ont du souffle et de l'énergie ! Parmi la myriade des nouveaux accueillis dans nos colonnes, citons Liliane Limonchick qui vit à Jérusalem, Nicole Laurent-Catrice rencontrée lors d'un voyage à Madrid chez le grand poète espagnol IIia Galan, Jean-François Migaud, qui nous a été adressé par Jan dau Melhau, poète paysan-païen.

Quant aux disparu(e)s édité(e)s volontairement par nous, ils sont malheureusement nombreux; Loïc Herry, Juliette Darle, Jean Debruynne, Claude-Henry Rocquet. Et nous venons d'apprendre la mort de l'ami Jacques Charpentreau. La camarde est implacable !

La force de nos CAHIERS DU SENS réside sans doute dans sa faculté à transmettre, dans des milieux disparates et parfois antagonistes, le souffle poétique majeur. Le filigrane est toujours la marque non cachée de la connivence et de la fraternité entre le plus grand nombre de «nos» (signe affectif et non «de possession»!) auteurs. Et de cela, nous sommes fiers. Et ce type de fierté n'a rien à voir avec l'onanisme ou l'orgueil. Creuser un sillon en domaine de poésie revient à renforcer des amitiés de rencontre et des désirs d'écrire, après tout ! C'est cela aussi lutter à mains nues contre la barbarie d'aujourd'hui.

 

Les Cahiers du Sens n°26

Le souffle

Par Jean-Luc Maxence et Danny-Marc

Ean 13 : 9782356230591

Isbn : 978-2-35623-059-1

Prix public : 20 euros 


Pour commander cet ouvrage: cliquez ici


 
Le feu - Cahiers du Sens n°25 - 2015 PDF Imprimer Envoyer


cahiers-du-sens-n25-s

Le feu

l'édition anniversaire 25 ans de la revue Les Cahiers du Sens !


« L'amour n'est qu'un feu à transmettre. Le feu n'est qu'un amour à surprendre ».

Gaston Bachelard.

 

En souhaitant éviter la division en chapelles, ce qui revient à éloigner toute tendance isolationniste, notre revue a atteint un quart de siècle, non point de sagesse mais plutôt d'élan vital. Paraissant à un rythme annuel, elle a pu (ou su ?) demeurer fidèle aux objectifs du Nouvel Athanor: à savoir éditer, promouvoir, diffuser la poésie contemporaine. Non point «pour se montrer » mais davantage « pour se mieux voir » comme le disait mon vieil ami Luc Bérimont dont on fête cette année le centenaire de la naissance.

Depuis 1991, date du premier numéro paru sur LE DÉSIR, jusqu'à ce vingt-cinquième sur LE FEU, nous n'avons cessé de rajeunir dans le sens opposé au Chronos de la montre. Grâce à l'amitié désintéressée, nous avons bousculé les circuits sociaux et économiques traditionnels, ce qui a été et reste le garant de notre liberté, de notre autonomie farouche et revendiquée.

S'il est vrai que sans Danny-Marc, rien n'aurait été possible, sans Jean-Luc Maxence, son compagnon de vie, non plus (« Les éditeurs », ce sont eux, donc « nous » !), il y a eu le « miracle » permanent, l'égrégore formé par tous les autres ! Et cette myriade de poètes contemporains qui ont bien voulu participer à notre aventure éditoriale, s'il fallait les nommer tous, depuis le début, il y faudrait plus d'une quatrième de couverture ! Et nous tenons à les remercier de nous avoir fait confiance et de ne pas avoir tenu compte des jalousies suscitées par notre réussite disons : spirituelle, afin de ne pas provoquer davantage les grognons de tous poils !

Ce numéro-anniversaire sur LE FEU est constitué d'un dossier brûlant (que le drame des tragiques assassinats de janvier 2015 à Paris a rendu encore plus incendiaire!) où l'on peut retrouver nos auteurs de la première heure (pour une fois, nous ne les citerons pas) renforcés par de plus récemment venus comme le sociologue Frédéric Vincent et des nouveaux, surprenants comme Alain Noël ou Mathias Lair. Son anthologie permanente, dans le même esprit d'ouverture têtue, accueille pour la première fois des poètes militants comme Philippe Biget, Giovanni Dotoli, Brigitte Gyr, Isabelle Lagny, et même Marc Rombaut. Quant aux notes de lecture, elles n'ont jamais été aussi nombreuses et franches, et aux textes sur le voyage, ils nous proposent un itinéraire plus que jamais vivant, en Inde mais aussi en France, au Maroc, en Roumanie, au Sénégal !

Au fond, notre revue de découverte LES CAHIERS DU SENS est devenue, semble-t-il, un voilier capable d'affronter les plus hautes mers du moment, en domaine de poésie. En vingt-cinq ans, contre vents et tempêtes, elle est restée exigeante et curieuse, obsédée davantage par la qualité littéraire que par les subventions d'État.

Consciente de n'avoir jamais cédé à l'hypertrophie du nombril, maladie endémique de nos «obédiences» poétiques, elle salue ici ceux et celles qui soutiennent son esprit libertaire et d'ouverture, sans faire de tapages publicitaires, sans même jouer les «Charlie» opportunistes pour avoir l'air absolument « populaire » afin d'obtenir quelques aides ministérielles sonnantes et trébuchantes.

Henri-Frédéric Amiel écrivait jadis : « le plus grand obstacle à l'indépendance, c'est la dépen- dance d'autrui». Nous ne l'oublierons jamais. Quoique nous décidions ensemble pour l'avenir.

 

Les Cahiers du Sens n°25

Le feu

Par Jean-Luc Maxence et Danny-Marc

Ean 13 : 9782356230580

Isbn : 2356230580

Prix public : 20 euros


Pour commander cet ouvrage: cliquez ici


 
«DébutPrécédent123456SuivantFin»

Page 5 sur 6
Copyright © 2019 Le Nouvel Athanor. Tous droits réservés.